In Memoriam Mireille VALLEE

 

Au Revoir Mireille

 

Mireille a adhéré à l’Apliut dès la création de l’association. Professeur d’italien, elle a toujours insisté sur le fait que l’Apliut ne devait pas être le rassemblement des seuls anglicistes ou à la rigueur germanistes mais celui de toutes les langues.

Présidente de 1990 à 1992, elle a ensuite fait partie de la section des retraités, Apliutsuite. A ce titre elle a souvent participé aux rencontres organisées chaque année. Elle a même été l’une des premières à encadrer un voyage. C’était en Italie.

Nous garderons d’elle le souvenir ému d’une personne chaleureuse et rayonnante.

Les commentaires ci-dessous des personnes qui l’ont connue  montrent à l’évidence combien Mireille était appréciée.

Nos condoléances à sa famille

Jacques et Nicole Kuhnlé (Nancy, responsable d’Apliutsuite)

 

Le départ de Mireille est la disparition d’une figure historique de notre belle association. Je me souviens de notre première rencontre en novembre 1977 — il y a près de 40 ans, lors de notre première assemblée générale. Elle apportait tout le soleil du Sud et de la langue italienne.

C’est grâce à elle et des collègues comme Michel GAUTHIER (Espagnol) et Daniel JUGNET (Allemand) que l’APLIUT est née en prenant en compte les langues autres que l’anglais — si majoritairement écrasant.
Mireille fut un des pionniers de l’APLIUT. Il y a une vingtaine d’années nous avions fait une photographie des présidents depuis le fondateur que je fus — un beau moment, une photo à retrouver. Je suis sûre que Monique l’a quelque part dans ses archives :) Gardons d’elle son sourire!

Que 2017 ne nous apporte pas d’autres départs d’amis et plutôt un bel anniversaire des 40 ans de notre naissance dans cet amphi de Paris V par une sombre journée de novembre où nous avons décidé de sa création.

Amitiés à toute l’équipe APLIUT, si solide par delà les années, bises à tous.
Anne AZAM-PRADEILLES (Paris ancienne présidente)

 

Je suis très triste d apprendre que notre collègue et amie Mireille s’en est allée .Je garderai d’elle le souvenir de son accent chantant, de son irrésistible sourire et de son enthousiasme communicatif.

Je ne l’avais pas revue depuis de nombreuses années puisque je n’ai jamais réussi à me libérer pour les voyages d’apliut suite, mais elle est de ceux et celles qu’on n’oublie pas. Merci de le dire à son fils.

Christine Henrot

 

Mireille, avec Jacques Kühne et les amis d'APLIUTSuite  en Autriche

Mireille, avec Jacques Kuhnlé et les amis d’APLIUTSuite en Autriche

 

C’est, en effet, une bien triste nouvelle que vous nous annoncez là! Nous n’avions plus de message de sa part et nous nous étonnions. Nous devions lui téléphoner et… le temps a passé trop vite! comme d’habitude! Il y a de belles images qui nous restent d’elle que nous n’oublierons pas. Il est toujours très triste d’apprendre le décès d’une amie. On ne peut pas oublier le rôle qu’elle a joué dans notre Association. En effet, c’était une femme passionnée.

Avec toutes nos meilleures pensées. Jacqueline et Michel Hiscock (Le Havre, ancien président)

 

Merci de nous avoir fait part de cette triste nouvelle et d’y avoir joint une belle photo de Mireille. Je ne sais quand le cliché a été pris, mais Mireille y paraît en bonne forme, bien bronzée ; elle ne semble pas avoir changé depuis ma dernière rencontre qui date de plus de dix ans.

Je rejoins Anne à propos du sourire de Mireille et de son rôle essentiel dans notre association. Elle avait eu un rôle déterminant pour la préservation des autres langues que l’anglais.

Peux-tu transmettre mes condoléances à sa famille que je ne connais pas ?

Monique Mémet (Paris, ancienne présidente)

Au Congrès d'AIX

Au Congrès d’AIX

Je suis profondément attristée par le départ de Mireille Vallée; Mireille qui m’avait si efficacement soutenue lors de mon opération de la hanche en 2010 à Nice. Tant de bons souvenirs d’une présidente et d’une collègue hors pair.

Micheline Windsor

 

Merci, Jacques, d’avoir fait passer le message. Je n’étais pas au courant et l’IUT ne m’a pas fait signe.
Triste nouvelle, comme tu le dis. Voici une page de l’APLIUT qui se tourne. Que de souvenirs !
Très amicalement
Véronique Rouanet


En effet, c'est une nouvelle page de l'histoire de l'APLIUT qui se tourne. Je n'avais pas revu Mireille depuis fort longtemps (un congrès dans le sud, je pense, Toulon, Nice?) mais j'ai le souvenir de quelqu'un de bien et d'une personnalité marquante.
Mireille Hardy  (Cherbourg, ancienne présidente)

Nous étions ensemble il y a si peu de temps.
Moi je préfèrerais mourir comme elle plutôt que comme la plupart des autres personnes que j’ai connues dont les fonctions cognitives se sont petit à petit éteintes au point qu’elles n’étaient plus qu’une enveloppe charnelle. Nous avons connu Mireille en pleine forme, et nous garderons cette image d’elle. J’en suis heureuse pour elle. Une personne reste vivante tant qu’elle est vivante dans le souvenir des personnes qui l’ont connue. Et pour nous elle est souriante, riante même, en mouvement, en plein soleil. Et je suis contente de m’en souvenir ainsi.
Josiane Hay

 

Du respect, de l’admiration pour Mireille. Et bien des regrets de la perdre avec sa chaleur simple et directe. Je suis triste.

Marceline et Joseph Rzemien

 

 

Merci pour ce triste message, nous partageons la peine de tous ceux qui

connaissaient Mireille.

Merci de transmettre nos condoléances à son fils.

Monique et Pierre Fauré

 

 

Mireille était une figure de notre association. Pour Danielle et moi,
elle restera synonyme de sourire et de sens du partage. On garde dans
notre coeur la façon naturelle et gentille avec laquelle elle avait,
lors d'une soirée à Piriac je crois, appris à notre groupe une chanson
qu'elle aimait et que nous avions eu plaisir à reprendre tous en choeur.

Buona sera, chère Mireille.

Michel et Danielle Habert

 

 

Buona sera a tutti,
Je partage votre émotion et votre tristesse. Je garde comme vous plein de bons souvenirs : son sourire rayonnant, sa gentillesse, son enthousiasme et dynamisme,  sa passion au service de notre association, de la diversité linguistique, e della bella lingua italiana.
Amicalement,
Andy Arleo (Nantes St Nazaire, ancien président)

 

 

Merci à Jacques de nous prévenir de cette bien triste nouvelle. Je garde de ma rencontre avec Mireille, une fois, lors du congrès de Toulon il me semble, un souvenir d’une conversation : c’était devant le stand des Cahiers et elle me disait – avec passion – combien il était essentiel que notre association s’appuie sur la revue et sur le multilinguisme. C’est d’ailleurs toujours vrai aujourd’hui.
Je partage votre peine.
Marie-Annick Mattioli (Paris, ancienne présidente)

 

 

Nous sommes très attristés par cette nouvelle. Nous avions eu l’occasion de partager quelques moments de sérénité en Autriche

Mes pensées à la famille de Mireille

Elisabeth et Francis Karcher (Metz, ancien trésorier)

 

J’ai, moi aussi, reçu la nouvelle de la disparition de Mireille avec beaucoup d’émotion et de tristesse. Que de souvenirs ont brusquement ressurgi! Mireille a été avec nous dès la première heure, et je ne peux que redire ce que vous êtes nombreux à avoir souligné: son sourire, sa gentillesse, sa bonne humeur, son accent, mais aussi son enthousiasme et même sa passion sont les traits et les images que nous garderons d’elle. Et aussi, pour moi tout seul, la première danse qu’elle m’a accordée pour ouvrir le bal à notre congrès de Belfort…

J’espère que l’APLIUT qui lui doit tant s’est manifestée ou va le faire.

Pierre Oudart

 

Le décès de Mireille m’a fait un choc, et je vous remercie de m’avoir prévenu: si j’ai bien compris c’était une des dernières mauvaises nouvelles de 2016!

Mireille était exquise et je crois que j’aurais vraiment voulu l’avoir comme prof!

Le soleil de l’APLIUT s’est éclipsé, mais personne ne pourra jamais oublier son sourire, son regard de feu, et son charme inouï! Fallait-il qu’elle en ait, du pouvoir de séduction… pour que je puisse accepter sa succession à la présidence de l’APLIUT!!!!Quelle belle femme et quelle merveilleuse collègue: oui, on a eu beaucoup de chance de la côtoyer!

Gilles Pons (Aix en Provence, ancien président)

 

Décembre 2016, Mireille nous a quittés, par surprise. Enfin, dois-je l’avouer, cette mauvaise nouvelle ne m’a qu’à moitié étonné. Au début de l’été, je l’avais eue au téléphone ; elle devait être hospitalisée au mois d’août et n’avait pas trop le moral. Le temps des vacances est arrivé. Je m’étais promis de l’appeler avant Noël.

Ce sont les décennies de profonde amitié, nouée au fil du temps, grâce à l’Apliut, qui me reviennent à la mémoire : depuis l’A.G. constitutive de notre association en 1977, en passant par les réunions du Bureau National, les congrès annuels- en particulier celui de Metz en 1992 où Mireille terminait son mandat de Présidente- jusqu’au temps de la retraite, quelques années plus tard. Et puis, il y eut Apliutsuite qui permet aux retraités qui le souhaitent d’entretenir ces liens affectifs à l’occasion de séjours passés ensemble.

Comment oublier la découverte de l’Ombrie en 2002 avec Mireille pour guide-Todi, Orvieto, Pérouse, Assise…- et sous le soleil d’automne ! Comment oublier notre dernier séjour avec Mireille, déjà fatiguée, peinant à marcher. C’était en 2015 dans le Vorarlberg en Autriche. Qui peut oublier sa passion de l’eau et du chant, sa voix mélodieuse et la force de son caractère ?

Reste surtout pour moi, homme des Marches de l’Est, cette connivence du cœur et de l’esprit qui, par delà les mots, traduit la profondeur des sentiments, de l’amitié en particulier. Omment oublier tout cela ? Mais les proches de Mireille sauront, j’en suis sûr, faire vivre les qualités héritées d’elle.

Pierre Watiez (Metz, ancien trésorier)

 

Oui, j’ai eu le plaisir de connaître un peu Mireille, elle était présidente quand je suis venue à l’APLIUT pour la 1ère fois en 1990.
Je n’étais alors qu’une petite vacataire assez intimidée qui venait de débarquer dans le système IUT sans trop savoir où je mettais les pieds, et surtout sans deviner que j’y serais encore 26 ans après, et au même poste qu’elle !
Je me souviens d’une femme pétillante de vie, pleine d’énergie, très souriante, avec un mot gentil pour tous, (et un joli petit accent du sud si je me rappelle bien, non ? ), toujours pimpante et impeccablement maquillée, vêtue de tenues élégantes, souvent fleuries ou colorées et portant toujours des talons hauts. Je n’avais pas osé lui parler à l’époque, je l’ai juste côtoyée de loin, puis d’un peu plus près lors des Congrès suivants, mais c’était une femme avec une forte présence qu’on ne peut pas oublier. Paix à son âme.

Cathie-Anne Schneider (Strasbourg, présidente actuelle)

 

Bonsoir Jacques,

Nous vous remercions très sincèrement d’avoir collecté et nous avoir transmis ces messages et ces photos.
Ces témoignages d’amitié et de sympathie envers notre mère nous vont droit au cœur !
Nous connaissions son attachement à l’APLIUT ainsi que son engagement militant pour l’italien.
La solidarité et l’amitié qui vous relient, étaient précieuses pour Mireille.
Son dernier voyage en Autriche a été difficile et elle regrettait de ne plus pouvoir se projeter dans une prochaine escapade avec vous.
Nous souhaitons longue vie à l’APLIUT et à ses membres !
Avec nos chaleureux remerciements à tous,
Ses enfants
Patrick, Philippe et Sylvie Vallée

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *