LAIRDIL

 

LABORATOIRE INTER-UNIVERSITAIRE DE RECHERCHE EN DIDACTIQUE DES LANGUES

lien vers le site de LAIRDIL

Présentation

Créé en 1989 à Toulouse, le LAIRDIL a pour vocation de développer et d’ancrer une recherche fondamentale et appliquée en didactique des LANgues pour Spécialistes d’Autres Disciplines (LANSAD). Implanté à l’Université Paul Sabatier – Toulouse III, il fédère les EC du PRES Midi-Pyrénées et des chercheurs géographiquement isolés qui ont choisi cette voie. Sa situation en France est unique.

La recherche LANSAD

La recherche universitaire en France se définit par l’imbrication étroite entre enseignement et recherche: toute recherche doit avoir des retombées sur l’enseignement. C’est la définition même de la didactique.

- La recherche en didactique LANSAD est née dans les universités de sciences, médecine, droit et sciences économiques. Elle s’est depuis également développée en lettres et SHS. Elle concerne donc tous/tes les étudiant-e-es, soit des centaines de milliers en France.
- La recherche en didactique LANSAD est surtout une recherche appliquée et une recherche-action. Elle a un but essentiel: identifier les difficultés des étudiant/es qui apprennent l’anglais (ou une autre langue étrangère) dans un contexte francophone pour les aider à les surmonter et ainsi améliorer l’apprentissage des langues des jeunes adultes de l’enseignement supérieur. L’étude sur le terrain est indispensable et c’est une source inépuisable d’innovation.
- La recherche en didactique des langues LANSAD est une recherche située: située dans le temps (aujourd’hui et demain), située dans l’espace (l’enseignement supérieur francophone). Comme toute recherche, elle repose cependant sur le passé (histoire de l’éducation, théories fondatrices, évolution de la didactique) et peut s’appliquer, en partie, à d’autres lieux (enseignement primaire et secondaire) et à d’autres pays.
- La recherche en didactique des langues est une recherche émergente: la didactique des langues s’est développée dans la deuxième moitié du 20ème siècle et l’université française ne s’y intéresse que depuis les années 70.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *